Hôtel à insecte

Pour sensibiliser les enfants comme les plus grands à l’environnement nous vous proposons dans cette newsletter, l’habitat des insectes. Dans la première partie de cette fiche pratique nous allons déconstruire les idées reçues et ensuite nous vous donnerons les meilleurs procédés pour que les habitats soient utilisés au maximum par des petits habitants à 6 pattes. La première idée reçue : Vous avez tous déjà vu les très jolis hôtels à insectes sur les ronds-points ou même vendus en commerce comme sur cette photo. Ils sont très beaux mais seulement 25% est utilisé pour une raison simple : La cohabitation. Ils ne sont pas inutiles, c’est un moyen pédagogique de sensibiliser la jeunesse aux différents moyens de loger un insecte et ils sont quand même utilisés par les insectes même si le quantitatif n’est pas présent.  Le deuxième point noir des hôtels à insectes, c’est qu’ils sont gros et donc fortement visibles pour les prédateurs (un régal pour les oiseaux).  Vous l’aurez compris, pour les insectes, il est préférable de créer des habitations par espèce et non des gros bâtiments voulant réunir plusieurs espèces qui ne peuvent quelque fois pas cohabiter ensemble. C’est pour cela que dans cette deuxième partie nous allons vous proposer plusieurs activités différentes pour créer des habitats par espèce.

Les coccinelles :

Le saviez-vous ? Voici à quoi ressemble la coccinelle avant  d’être comme vous la connaissez.  Le premier habitat que nous allons vous montrer est le logement des cauchemars à pucerons. Les outils : 
  • Une planche de 5 à 10 mm d’épaisseur, une tige de fer (comme celle utilisée pour réaliser un faux plafond), des fourrures métalliques cavaliers (également utilisés pour réaliser un faux plafond), une scie, un mètre, un crayon
Explications :
  • Découper 6 planchettes carrées de 15 à 20 cm de côté dans du bois non traité de faible épaisseur (5 à 10 mm).
  • Superposer les planchettes en les séparant par des cales de 3 cm d’épaisseur.
  • Relier l’ensemble avec une tige de fer.
  • Suspendre l’abri face au soleil.
  • Pour une meilleure protection, fermer 3 côtés avec des planches épaisses.
L’abeille :  L’abeille sauvage ne produit pas de miel mais elle est une excellente pollinisatrice. (La pollinisation permet la reproduction des plantes). Comme vous l’avez compris nous allons créer un habitat pour les abeilles solitaires. Les outils :  Une bûche non traitée, une perceuse, des mèches à bois Explications :
  • Avec une perceuse et un jeu de mèches à bois, percer des trous de divers diamètres (entre 5 et 10mm)
  • Installer l’abri à abeilles sauvages auprès de plantes mellifères (Les plantes mellifères sont les plantes produisant de bonnes quantités de nectar et de pollen de bonne qualité et accessibles par les abeilles.)

Les perce-oreilles : 

Nous allons terminer cette fiche pratique par les perce-oreilles. Ces insectes sont très utiles au jardin, notamment au verger, car ils réduisent le nombre de pucerons mais ils consomment aussi bon nombre de larves et même des œufs de limaces. Les outils :
  • une ficelle, un bout de branche, un filet ou un grillage flexible, un pot en terre cuite, de la paille
Explications :
  • Fixer une ficelle à un petit morceau de branche de 3 centimètres ;
  • Passer le tout à travers le trou du pot en terre cuite de sorte que lorsque vous tenez la ficelle le pot soit la tête en bas ;
  • Remplir ce pot de paille ou d’herbe sèche ;
  • Vous pouvez fixer un morceau de grillage à poule ou entourer le tout d’un filet pour que la paille reste dans le pot.
  • Les installer dans les arbres fruitiers ou d’ornement si vous soupçonnez une attaque de pucerons ou de psylles. L’attacher à une branche ou le coincer dans un creux entre deux branches.